Le paradoxe du temps

 

 

giacometti-lhomme-qui-marche.jpg
Giacometti, L’homme qui marche

 

Dans Retour vers le futur (film de Robert Zemeckis), Martin McFly (Michael J. Fox), adolescent des années 1980, se retrouve projeté accidentellement en 1955. (En 1955, le Martin McFly de 1985, communément Marty, devient — pour sa future mère qui a pris la marque des sous-vêtements du jeune homme pour son nom — « Pierre Cardin » ; ou en anglais « Calvin Klein ».)

Lors du bal du lycée où ses futurs parents viennent de s’embrasser — prélude à leur mariage — sur un slow qu’il vient d’interpréter à la guitare, Marty interprète dans un second temps Johnny B. Goode.

On est en 1955. Marty est à la guitare parce qu’il vient de remplacer Marvin Berry blessé à la main. Pendant que Marty joue un Johnny B. Goode en clin d’œil à son auteur Chuck Berry et à un de ses interprètes, Jimi Hendrix, Marvin Berry téléphone à Chuck (son cousin dans le film), pour lui faire écouter ce morceau qu’il composera… en 1958.

C’est un Johnny B. Goode évoquant la version revisitée par Jimi Hendrix en 1970 que Marty vient d’interpréter en 1955, trois ans avant qu’il ne soit composé par Chuck Berry en 1958…

 


Johnny B. Goode
par Jimi Hendrix

 

Johnny B. Goode dans Retour vers le futur

 


Johnny B. Goode
par Chuck Berry

 

Le paradoxe temporel est un thème récurrent tout au long des trois épisodes du film. Le « Doc » Emett Brown l’explique d’ailleurs brillamment à Marty dans le second volet lorsqu’ils se retrouvent confrontés à deux futurs différents à cause d’un événement ayant malgré eux modifié le passé.

Jusqu’à la publication de la théorie de la relativité, la définition de l’univers selon Isaac Newton était celle communément acceptée par la communauté scientifique de l’époque. Selon Newton, les concepts d’espace et de temps sont totalement distincts et indépendants. L’espace se représente en 3 dimensions et le temps est quant à lui invariable. Ce dernier ne serait ni plus ni moins qu’une grande horloge universelle définissant un temps universel. D’autre part, le physicien soutenait que la vitesse de la lumière était infinie. Mais la théorie de la relativité vient quelque peu contredire tout cela.

En 1905, Albert Einstein publie sa théorie de la relativité restreinte. De cette théorie on peut retenir quelques petites choses importantes:
– Rien ne peut se déplacer plus vite que la lumière, seule la lumière ou d’autres phénomènes sans masse intrinsèque peuvent l’atteindre.
– Il n’y a pas de temps absolu (ce qui signifie que des horloges identiques aux mains d’observateurs différents ne devraient pas forcement indiquer la même heure).Quelle que soit la vitesse d’un observateur, la lumière, à la différence d’une avalanche par exemple, le coursera toujours à la même vitesse, soit approximativement 300000km/s. La conséquence directe est que: plus un objet se déplace vite, plus le temps s’écoule lentement pour lui. Ce phénomène n’est pas subjectif mais bien réel et peut être vérifié par des expériences très simples.
En 1916, Einstein complète ses théories en publiant cette fois la théorie de la relativité générale, théorie phare de la science du XXe siècle.
Cette dernière nous apprend principalement que l’espace-temps n’est pas un plan, il est plus ou moins courbé selon la distribution de masse, ce qui signifie plus simplement que plus un corps est dense plus il courbe l’espace-temps.
Bref, le temps est relatif : le voyage dans le temps est théoriquement possible.

Les paradoxes temporels
À moins que le physicien Stephen Hawking n’ait raison en affirmant que « la meilleure preuve qu’un voyage dans le temps est impossible est que nous n’avons pas été envahis par des hordes de touristes du futur »…
À moins qu’Hawking n’ait raison, nous voilà confrontés à ce paradoxe temporel : revenir dans le passé pourrait permettre de modifier des événements futurs !

Le paradoxe du grand-père
X a un grand-père
X revient dans le passé et tue son grand-père avant que ce dernier ait eu un enfant
X ne peut pas exister
X ne tue pas son grand-père
X existe
X revient dans le passé et tue son grand-père avant que ce dernier ait eu un enfant
X ne peut pas exister
X ne tue pas son grand-père
X existe
Etc…

Le paradoxe de l’écrivain
Cette fois-ci, X donne à son grand-père un livre best-seller dans le futur. Le grand-père recopie le livre et fait fortune avec. Le paradoxe ici est que ce livre n’aura jamais été créé mais juste recopié.

Les mondes parallèles
C’est donc là qu’interviennent les mondes parallèles. Les théories dans lesquelles ils apparaissent tendent à montrer que le voyage dans le temps s’effectue entre différents mondes parallèles. On a ainsi la solution aux paradoxes temporels. En effet, X revient dans le passé et tue son grand père. Mais ce grand-père vit dans un monde parallèle. Par conséquent, X n’existera pas dans ce monde parallèle mais il existe bien dans le monde parallèle d’où il vient.
La même explication peut être appliquée au paradoxe de l’écrivain. Le livre est copié dans un monde parallèle et créé dans l’autre.

 

L’interprétation de Johnny B. Goode par Marty avant sa création par Chuck Berry offre alors en un pied de nez la « résolution » du jeu du paradoxe temporel sur lequel repose le film…

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s